• Bienvenue sur Regionalis, votre espace de discussion libre, sans publicité, sans traqueur statistique, marketing ou publicitaire. Inscrivez vous en moins de 30 secondes et lancez des discussions sur tous sujets : politique, société, environnement, science, technologie, art ou culture...

historique Quand la civilisation devient une « immonde saloperie »

image-2.jpeg
Immonde saloperie

Réflexions suite à la lecture de « Congo, une histoire » de David Van Reybrouck, (éditions Actes Sud)

La lecture la plus difficile de l’année. 2022

Le 30 décembre 2021, j’ai fait un article sur « au-delà de nos larmes », de Tatiana Mukanire. Je commençais mon texte par : « La lecture la plus difficile de l’année. »

J’expliquais que ce livre révèle tant de cruauté que la lecture en devenait violente, essentielle, mais terriblement violente. Je tiens à le remercier de nouveau Tatiana pour ce livre uppercut.

Nicolas, un lecteur, m’a alors recommandé une autre lecture : « Congo, une histoire ». Voilà, c’est fait, j’ai lu, et rarement, je me suis senti aussi mal après une lecture, merci Nicolas.

L’histoire est celle du Congo entre 1870 et 2010, mais c’est plus que l’histoire d’un pays, plus que l’histoire de l’Afrique, plus que l’histoire du colonialisme, c’est l’histoire de la « civilisation » …

Et je vous le dis d’entrée, la « civilisation » est une perverse.

La civilisation est une « immonde saloperie ».

Vous connaissez, tous, l’histoire encore si actuelle dans la tête de certaines ; celle des noirs qui ne savaient rien et qui doivent aux blancs, le progrès, l’économie, Dieu, la médecine. Bref la civilisation.

Au début, l’image ressemble à cette légende. Les noirs vivent en tribus, ils n’ont pas de systèmes commerciaux, ils ont des mœurs propres, des sorciers. Ils cueillent, ils chassent, et parfois se mangent entre eux.

L’homme blanc arrive, non pas pour civiliser, mais pour tuer des éléphants et cueillir quelques esclaves afin de porter les défenses des pachydermes. Les premiers trocs arrivent rapidement : des babioles contre des jeunes-hommes. Les chefs de village vendent leurs jeunes.

Continuer la lecture sur le site d'origine...
 

Nicolas

Administrateur
Membre du Staff
Nicolas, un lecteur, m’a alors recommandé une autre lecture : « Congo, une histoire ». Voilà, c’est fait, j’ai lu, et rarement, je me suis senti aussi mal après une lecture, merci Nicolas.
C'est un mal nécessaire, probablement. Ravi qu'il t'es touché apparemment comme il m'a touché.

Ce livre m'a mis une sacrée claque lorsque je l'ai lu il y a quelques années, j'en ai entendu parler la première fois en lisant un autre mais je ne sais plus exactement lequel, et d'ailleurs je ne sais pas si l'auteur le cite dans son texte ou si c'est une note bibliographique.
  • Traîne-Savane de Guillaume Jan : l'auteur raconte sa découverte du Congo et son mariage avec une congolaise et fait également un parallèle avec l'expédition du Dr Livingstone. Très bien écrit et les aller-retours entre le présent et le passé sont délicieux.
  • Kisanga d'Emmanuel Grand : un polar qui concilie dénonciation du néo-colonialisme et thriller contemporain haletant (Paris-Match). Le bouquin se lit bien, on est tenu en haleine par l'enquête du journaliste tout en voyageant dans la jungle congolaise.
Sinon pour découvrir encore le Congo (Brazza et Kinshasa), il faut évidemment lire Voyage au Congo d'André Gide !
Quatrième de couverture: André Gide a passé près d'un an (de Juillet 1926 à mai 1927 dans les possessions françaises de l'Afrique équatoriale. La description des Noirs le long du fleuve Congo et au Tchad forme un véritable réquisitoire contre l'administration coloniale et a fait sensation. Grâce à ses remarques sociologiques et ethnologiques, nous sommes, au delà de l'aspect purement politique, en présence d'un des plus grands livres de voyage de notre littérature.

Dans Congo, une histoire, malgré que ce soit un pavé de près de 800 pages j'ai tout de suite su que j'allais le lire avec passion alors que je lisais l'introduction. Le Congo allait me fasciner autant qu'il a fasciné ceux qui s'en approchait par la mer.

Ce fleuve qui crache son eau rouge de limon dans l'Atlantique sur des dizaines et des dizaines de mile c'est le Congo qui saigne, qui saigne de tous les malheurs qui se sont abattus sur lui.

1240.jpeg
 

Jean-Paul

Membre
Pas lu ce livre.
La métaphore poétique du delta du Congo est bien trouvée.

J'ai du mal à lire en ce moment, je ne sais pas pourquoi, j'ai beaucoup lu pendant le premier confinement et après encore. Mais depuis quelques mois je n'y arrive plus. bizarre. Par contre je vais probablement commander ce bouquin, le poser sur la table basse et peut être qu'un jour, un soir je l'ouvrirais...
 
Haut