peinture Matisse : Marguerite au chat noir

  • Initiateur de la discussion Bizu33
  • Date de début
Bizu33

Bizu33

Membre
Je parcourais la discussion peinture - Picasso et sa fille au musée Picasso et je me suis souvenu que Matisse et Picasso était amis et surtout que la toile de Picasso, Maya à la poupée et au cheval me faisait penser à Marguerite au chat noir. Ces deux peintures représentent leurs filles respectives. Alors nous ne sommes pas dans le même style mais l'une appelle l'autre, l'autre appelle l'une.


Marguerite au chat noir (vers 1910)


regionalis.fr - Matisse : Marguerite au chat noir
 
Nicolas

Nicolas

Administrateur
Membre du Staff
Probablement que les fonds bleu-vert et le sol rose-brun font la liaison mentale dans ton esprit, le mien aussi d'ailleurs.
Matisse était exposé fin 2020 à Beaubourg avant sa fermeture pour rénovation, la conservatrice y parle notamment de cette oeuvre.

 
The Beauty

The Beauty

Membre
La peinture de Matisse est pour le moins éclectique, je n'imaginais que ça de lui, de larges coups de pinceaux.

Nu bleu II (1952)

regionalis.fr - Matisse : Marguerite au chat noir
 
ablok

ablok

Membre
En tout cas la famille Matisse n'a pas perdu le nord.

1200€ la cruche

regionalis.fr - Matisse : Marguerite au chat noir
 
G

Gaspard

Membre
Personnellement je ne saisis pas pourquoi cette peinture de Matisse est tout simplement une oeuvre.
Je me dis qu'il y a probablement des milliers de peintres dans le monde qui sont capables de reproduire cette toile ? Alors qu'est-ce qui fait que ce tableau vaut probablement très cher, pourquoi le considère t-on comme génial ou exceptionnel ?

J'ai du mal avec l'art en général donc soyez indulgent mais là sincèrement...
 
Human-Fly

Human-Fly

Peace Maker
Club Regionalis
@Gaspard

Je ne suis pas le plus fin connaisseur du coin concernant l'Art mais je vais tâcher de te donner mon point de vue sans dire trop de bêtise.


Je suppose que tu parles du Nu Bleu de 1952.

Déjà, la pose, son traitement, le choix de la couleur constituent déjà la preuve du talent de l'artiste. C'est ce qui fait, en grande partie, la valeur de l'œuvre.

D'autre part, l'intérêt artistique et éventuellement la valeur pécuniaire d'une œuvre dépend du nom de l'artiste qui en est l'auteur. Le tableau ne vaut pas cher uniquement parce que le nom de Matisse figure dessus (ou derrière, peu importe), mais parce qu'il faut placer ce tableau dans la perspective générale de l'œuvre de Matisse. Il faut considérer ce qui a précédé et ce qui a suivi dans son travail.
C'est une pièce dans le puzzle général de l'œuvre de l'auteur.

Après, l'originalité de l'œuvre et sa technicité dépendent de l'époque de sa création. L'important est de voir en quoi c'était novateur à l'époque.
Après, peu importe le fait qu'un millier d'excellents faussaires (ou davantage) soient capables de reproduire le tableau ou d'en réaliser de meilleurs dans le même style.
Regarde en musique, en littérature, en cinéma ou autre : la plupart des œuvres ayant remporté un succès commercial ou parfois critique ou parfois les deux ont inspiré d'autres artistes sous forme d'influences, d'hommages, de plagiats, de pastiches, etc...

Mais l'œuvre importante reste l'originale.


Si des posteurs plus fins connaisseurs que moi passent par là, leur point de vue sera le bienvenu ! :D
 
G

Gaspard

Membre
Je suppose que tu parles du Nu Bleu de 1952.
Dans l'eau ! Non le Nu Bleu je peux comprendre, ça me parle beaucoup plus que Marguerite.
Autant je ne sais pas expliquer pourquoi Marguerite au chat noir ne me convainc pas autant le Nu bleu je le trouve superbe et sous son apparente simplicité je peux lire le talent de Matisse. Tout ne s'explique peut-être pas non plus et c'est ce qui fait le charme de l'Art.

D'autre part, l'intérêt artistique et éventuellement la valeur pécuniaire d'une œuvre dépend du nom de l'artiste qui en est l'auteur.
Parce que c'est Matisse (ou un autre) alors c'est forcément réussi, beau ?
Un peu comme les marques ? Un yaourt Danone serait meilleur qu'un yaourt bon marché même s'il sort de la même usine avec la même recette et les mêmes ingrédients ?

Après, l'originalité de l'œuvre et sa technicité dépendent de l'époque de sa création. L'important est de voir en quoi c'était novateur à l'époque.
One point ! C'est vrai il faut remettre dans le contexte historique.
J'y penserais les prochaines fois.
 
Human-Fly

Human-Fly

Peace Maker
Club Regionalis
Parce que c'est Matisse (ou un autre) alors c'est forcément réussi, beau ?
Un peu comme les marques ? Un yaourt Danone serait meilleur qu'un yaourt bon marché même s'il sort de la même usine avec la même recette et les mêmes ingrédients ?

@Gaspard

J'ai essayé d'expliquer le contraire. :)
Le nom de l'artiste n'est pas exactement "comme une marque".
Le nom de l'artiste, ça signifie l'ensemble d'une œuvre déjà produite pour un artiste encore vivant et en activité. Dans le cas d'un artiste mort, son nom, c'est toute son œuvre, depuis ses débuts jusqu'à sa mort.
Là, un tableau, c'est une œuvre en soi, évidemment, mais c'est aussi une étape dans l'ensemble de son œuvre. Il faut mettre le tableau en perspective : voir ce qu'il y a eu avant, et après.
Cet aspect est souvent très important pour un musée, pour une exposition, ou pour des collectionneurs privés.
Et à la limite, même une œuvre relativement mineure ou une "simple" esquisse devient importante en fonction de ce qui la précède et plus encore de ce qui la suit. C'est une étape dans le processus de création envisagé de façon plus large.

J'espère que c'est plus clair comme ça. :)


S'il y a ici des gens ayant fait l'École des Beaux Arts, ou si un autre cheminement leur a permis d'acquérir de solides connaissances dans les domaines traités dans ce thread, toute aide ou contribution de ce type sera la bienvenue ! :D
 
Nicolas

Nicolas

Administrateur
Membre du Staff
Histoire d'apporter ma petite contribution, un article fraichement traduit.

Henri Matisse était un artiste de la couleur et de la ligne sensuelle.

art & culture  Henri Matisse était un artiste de la couleur et de la ligne sensuelle.

J'ai vu des œuvres d'Henri Matisse (1869-1954) pour la première fois quand j'avais sept ans. Il s'agissait d'une tapisserie, Polynesia, nouvellement acquise pour la collection de la Art Gallery of NSW. Je me suis émerveillé de la simplicité des formes marines blanches et nettes flottant sur des...
 
dAVID oFF

dAVID oFF

Membre
Y'a quand même quelque chose dans le regard de Marguerite. Et puis le coup de pinceau vert sur son front c'est culotté pour représenter le reflet sur une peau peut être luisante, on dirait presque une tâche mais ça fait le job.
 
Haut