environnement Loi anti-gaspillage: l'avis du Secours populaire

  • Initiateur de la discussion France Info
  • Date de début
France Info

France Info

Nouveau membre
A partir du 1er janvier 2022, les entreprises ont l'interdiction de détruire leurs invendus non-alimentaires et doivent les recycler ou les donner. Mais cette mesure ne satisfait pas entièrement Thierry Robert, secrétaire national du Secours populaire.

Continuer la lecture sur le site d'origine...
 
Mathias

Mathias

Membre
Intéressant, ce n'est pas si simple de gérer les dons, ça a un coût.
On ne le prend que si nous sommes en capacité de le gérer, de le tracer, de les donner dans des bonnes conditions de dignité des personnes qui nous aident et que ce soit pour elles utile.

Donc la question est-ce que les associations type secours populaire ou restos du cœur ont les moyens de gérer cet afflux de denrées alimentaires qui se profile avec l'interdiction de jeter les invendus ?
Des milliers de tonnes par jour trouveront elles preneur ? Et quid des entreprises qui ne trouvent pas à qui donner ?
 
Nicolas

Nicolas

Administrateur
Membre du Staff
La loi concerne les produits non alimentaire mon cher @Mathias ;)
La photo illustre d'ailleurs un atelier de recyclage de vêtements.

regionalis.fr - Loi anti-gaspillage: l'avis du Secours populaire

Le problème reste entier malgré tout...
 
Mathias

Mathias

Membre
C'est ça de lire les articles en diagonale... 🙃
Donc le facteur périssable en moins le problème est moindre. Le recyclage des textiles reste néanmoins délicat : si ils sont encore portables ils peuvent avoir une deuxième voire troisième vie mais s'ils sont trop usés ou déchirés cela devient plus compliqué à recycler... Surtout quand on les envoie en Afrique et notamment au Nigéria ou au Ghana :


ou encore dans un désert au Chili

 
Patrice

Patrice

Membre
On surconsomme tout !
Les pays du nord devraient revoir leur mode de consommation en profondeur, on ne peut plus continuer à s'en foutre sous prétexte qu'on ne voit pas les choses...

Si les plages de Cannes étaient pleines de vieilles friperies on aurait déjà pris des mesures. Mais bon là comme c'est au Ghana ou au Chili on s'en fout un peu... beaucoup. C'est globalement qu'il faut qu'on réfléchisse, parce que c'est pas en portant mes slips jusqu'à l'usure que je vais régler le problème.
 
Haut