fiction L'histoire dont Victoire est l'héroïne

Salut tout le monde,
Je vous propose un petit jeu littéraire histoire de nous remuer un peu les méninges.

Créons une histoire autour d'un personnage imaginaire :
  • chaque nouvelle publication doit faire avancer notre personnage dans son aventure.
  • Petite difficulté amusante à la fin de votre portion de l'histoire vous devez proposer au personnage un choix à faire.
  • Restons basique pour l'exemple : le personnage doit prendre la prochaine sortie d'autoroute ou s'arrêter à la prochaine station service ?
Le membre qui répond dans le message suivant fait le choix pour le personnage et raconte un bout d'aventure puis propose un nouveau choix !
Dans ce jeu on essaye de construire une histoire qui a du sens, folle, mais qui reste plausible. Pas de publication à la va-vite juste pour participer ;)

Qu'en pensez vous ?



Disons que notre personnage est une fille, elle s'appelle Victoire, elle a 27 ans et travaille comme libraire à Paris.
Elle a rendez-vous chez une amie qui l'a appelé un peu affolée car son chat s'est coincée dans le conduit d'aération de la cage d'escalier. Victoire vient de quitter le bureau et prends un bus pour la rejoindre.
Arrivée sur place elle sonne à l'interphone mais personne ne répond, elle appelle sa copine sur son portable, pas de réponse non plus !
Un peu inquiète Victoire :
  1. force la vieille porte d'entrée de l'immeuble
  2. appuie sur tous les boutons de l'interphone en espérant une réponse d'un voisin
    belle-pin-up-expressions-excitees-dans-style-pop-art_96037-380.jpg
 

Zabeth

Membre
Victoire décide d'enfoncer la porte. Elle prend souvent des décisions qu'elle regrette mais dans l'affolement cela lui semble la solution la plus appropriée. Un petit coup d'épaule et la vieille serrure craque, la porte s'ouvre en grand et Victoire tombe nez à nez avec la concierge de l'immeuble:
"Mais qu'est-ce que c'est que ces manières d'enfoncer les portes !!!" crie t-elle.
"Désolé madame Gentil mais ma copine Juliette a des problèmes et elle ne répond pas au téléphone ni à l'interphone, je suis inquiète !"
"Mais ce n'est pas une raison pour casser ma porte !!!" s'emporte t-elle
"Je paierai pour la serrure ne vous inquiétez pas mais là je dois savoir ce qui arrive à ma copine"
"Elle vient de sortir votre copine, ce n'est pas la peine de monter chez elle !"
Interloquée, Victoire monte tout de même à l'appartement pour vérifier les dires de la concierge.
Arrivée devant la porte elle frappe, pas de réponse. Elle entend du bruit dans l'appartement, elle colle son oreille à la porte et entend les miaulements d'un petit chat.
Tout ça est étrange, elle décide d'appeler Juliette mais elle entend le téléphone sonner dans l'appartement... De plus en plus étrange;
Victoire décide alors de :
  1. attendre le retour de Juliette dans la cage d'escalier
  2. la chercher dans le quartier elle ne doit pas être bien loin
 

Nicolas

Administrateur
Membre du Staff
Ne tenant pas en place Victoire décide de partir à la recherche de son amie Juliette. Si elle a laissé son téléphone à la maison c'est qu'elle n'est pas loin, elle ne sort jamais sans son portable d'habitude.

Victoire inspecte un à un les commerces à proximité de l'immeuble, ni à la boulangerie, ni à l'épicerie, ni au café elle ne trouve trace de Juliette...
De plus en plus inquiète, elle retourne voir madame Gentil la concierge de l'immeuble :
"Madame Gentil vous êtes certaine d'avoir vu passer Juliette tout à l'heure ?"
"Et bien je ne suis pas folle ! Bien sûr que je suis certaine de l'avoir vu !"
"Vous a t-elle dit où elle allait ?"
"Non elle ne m'a rien dit, elle est parti comme une sauvage sans même me saluer, elle a même failli me renverser avec sa grosse valise..."
"Une valise ?? Elle avait une valise ?"
"Oui une valise ! Bon c'est fini votre interrogatoire j'ai du travail moi !"

Victoire ne comprenait plus rien, Juliette l'avait appelé pour son chat coincé dans un conduit d'aération, finalement le chat était dans l'appartement et Juliette avait disparu en coup de vent avec une valise sous le bras ! Tout lui paraissait étrange dans le déroulement des faits.
Après avoir repris ses esprits Victoire...
  1. quitte l'immeuble de Juliette, prends un taxi et fais le tour des gares de Paris
  2. quitte l'immeuble de Juliette, prends un taxi et file à l'aéroport
  3. demande un double des clefs de l'appartement de Juliette à la concierge pour voir ce qui s'y passe
 

Valentin

Membre
Victoire sonne chez la concierge et récupère le double des clefs, non sans mal car madame Gentil n'est pas très gentille finalement.

L'appartement est sans dessus dessous ! Les placards sont grand ouverts, les tiroirs des commodes renversés, des vêtements sont éparpillés un peu partout dans l'appartement et surtout, c'est ce qui étonne le plus Victoire, de l'eau boue dans une casserole sur la gazinière de la cuisine.
Comment Juliette a-t-elle pu partir sans même éteindre le gaz ?
Comment le chat qui était censé être coincé dans un conduit se retrouve t-il dans l'appartement ?
Et pourquoi Juliette n'a pas pris son téléphone ni pris le temps de l'appeler pour la prévenir de son départ ?

Madame Gentil lui a confirmé avoir vu Juliette partir seule. A t-elle fuit quelque chose ? Ou bien l'a t-on appelé en urgence quelque part ?
Victoire se pose trop de questions et n'arrive à répondre à aucune d'elle, c'en est trop elle décide de :
  1. appeler la police pour signaler la disparition quelque peu étrange de son amie
  2. fouiller l'appartement de fond en comble à la recherche d'indice qui pourrait l'éclairer sur la situation
 

Jean-Paul

Membre
Finalement elle prend la décision de fouiller l'appartement.

Après un bon quart d'heure à retourner tout ce qu'elle pouvait à la recherche du moindre indice, Victoire tombe sur une photo déchirée sur laquelle elle devine son amie Juliette qui enlace un mystérieux homme dont on ne voit plus la tête. Elle retourne la photo et lit ceci :
8 Octobre 2021 Café des Arts, Montmartre
"Mais le 8 octobre c'était hier !" s'exclama Victoire.
"Et hier on a passé la journée ensemble avec Juliette !"
Fait intrigant elle reconnait les vêtements portés par son amie sur la photo et ce sont bien ceux que Juliette portait la veille...

Le mystère s'épaissit pour Victoire qui ne sait plus trop où elle en est : comment a t-elle pu prendre cette photo le 8 octobre à Montmartre alors qu'elles ont passé la journée toute les deux à faire du shopping, flâné dans les parcs et bu des cafés sur les terrasses ensoleillés du quartier latin. ?

C'est à n'y rien comprendre, Victoire décide alors de :
  1. se rendre finalement au poste de police pour déclarer cette disparition inquiétante
  2. rentrer chez elle pour se reposer un peu et essayer d'y voir plus clair
 

Bizu33

Membre
La situation étant de plus en plus inquiétante, Victoire se rend au commissariat pour déclarer la disparition de Juliette.

Sur place elle est entendue par l'inspecteur Gagette.
"Quand avez-vous constaté sa disparition ?"
"Aujourd'hui même monsieur l'inspecteur, elle m'a appelé pour la rejoindre chez elle et à mon arrivée elle avait disparue, son appartement est sans dessus dessous et la concierge l'a vu décamper avec une grosse valise"
"Une valise ? Et bien votre amie est parti en vacances non ?"
"En laissant son chat tout seul et sans prendre son téléphone portable ? Je ne pense pas non."
"Elle est peut-être parti régler quelques affaires urgentes et va revenir dans quelques heures, je ne peux pas déclarer cette personne disparue si ça fait que 2 ou 3 heures que vous n'avez plus de nouvelle d'elle mademoiselle Victoire"
"Je vous assure, ce n'est pas normal inspecteur Gagette, elle ne serait jamais parti comme ça sans me prévenir. Et puis il y a cette photo déchirée datée d'hier où on la voit enlacer un homme dont on ne voit malheureusement plus le visage. Hier nous étions ensemble toute la journée, cette photo est vraiment étrange !"
"Bon écoutez, attendez jusqu'à demain matin et si vous n'avez toujours pas de nouvelle appelez-moi, voici ma carte..."

Dépitée Victoire quitte le commissariat et :
  1. se rend à Montmartre sur les lieux de la photo en quête d'indice
  2. retourne à l'appartement donner à manger au chat
  3. écoute les conseils de l'inspecteur et rentre chez elle en attendant le lendemain matin
 
Dernière édition:

Zabeth

Membre
Ces dernières heures étaient si intense pour Victoire qu'elle décida finalement de rentrer chez elle se reposer un peu.

Après tout l'inspecteur Gagette avait peut être raison, Juliette était allé régler quelques affaires et rentrerait bientôt. Elle aurait rapidement des nouvelles.
Victoire s'endort rapidement, elle n'a même pas pris la peine d'enlever ses hauts talons, elle s'est étalée de tout son long sur le large canapé en cuir du salon et ses yeux se sont fermés sans demander leur reste...

"Driiiiiiiiiing !! Driiiiiiing !!"
Victoire sursaute ! On sonne à la porte.
Elle regarde sa montre, il est 2 heures du matin ! Elle s'était endormi profondément et le temps avait passé.
Elle se dirige alors vers la porte d'entrée à peine réveillée et regarde par le judas, personne ! Elle attend quelques minutes mais plus personne ne sonne. Bizarre.
Elle ouvre précautionneusement la porte et voit sur la paillasson une petite enveloppe blanche fermée. Elle la prend et referme la porte.
De retour sur son canapé elle ouvre l'enveloppe et à sa grande surprise elle y trouve l'autre moitié de la fameuse photo prise à Montmartre ! Elle se précipite alors sur sa veste pendue à l'entrée et y sort la photo déchirée de l'appartement. Pas de doute c'est la même photo, les deux bouts collent parfaitement !
La personne qui apparait alors au bras de Juliette est un jeune homme, beau garçon, les cheveux bruns bouclés et est habillé d'un costume beige probablement en lin. Il a fière allure. A l'envers du bout de photo Victoire découvre une nouvelle inscription : Alban H., 12 Rue Macé - Nice.

Victoire comprends de moins en moins ce qui se passe mais est de plus en plus intrigué par cette affaire. Elle décide de :
  1. se rendre à l'adresse indiquée sur la photo
  2. appeler l'inspecteur Gagette
 
Le lendemain matin Victoire entasse quelques vêtements dans un petit sac de voyage et file à la librairie prévenir sa patronne qu'elle s'absente pour quelques jours puis se rend à la gare prendre le premier train pour Nice.

Pendant le trajet Victoire est pensive, elle regarde le paysage qui défile à toute allure mais ne parviens pas à apaiser son esprit qui se pose des centaines de questions ! Le plus difficile pour elle c'est qu'elle ne parvient à répondre à aucune d'elle...
Elle regarde la photo, qu'elle a pris soin de rafistoler avec un bout de scotch, dans tous les sens, lis et relis les inscriptions au dos, se remémore l'appel de Juliette quand son chat était coincé, revoit la concierge lui dire que son amie était partie en coup de vent avec une valise, rien ne lui semble cohérent !

Le train entre en gare de Nice, il est midi et Victoire à faim. Elle indique à son téléphone l'adresse du fameux Alban H. et s'y rend. Elle se dit qu'elle trouvera bien un petit snack sur place histoire de se remplir le ventre avant de passer au vif du sujet.
Bingo ! Juste en face du 12 rue Macé se trouve une saladerie et une petite terrasse ombragée lui fait les yeux doux. Victoire s'installe et commande une salade niçoise, tant qu'à faire autant manger local !

A peine a t-elle entamé sa salade qu'elle voit son amie Juliette qui sort seule de l'immeuble d'en face !
"Julieeeette ! Julieeeette !" s'égosille t-elle.
Juliette tourne la tête, la fixe et s'engouffre dans le taxi qui l'attendait au pied de l'immeuble. Pas un mot, pas un sourire, pas un signe en direction de Victoire ! Victoire est estomaquée !

Ce qui vient de se passer est tout simplement incroyable, Victoire n'en croit pas ses yeux ! Elle s'affale sur sa chaise, bouche bée, le ventre noué.
Après ce qui vient de se passer, elle :
  1. rentre à Paris, si Juliette ne daigne même pas lui parler à quoi bon continuer à la chercher ?
  2. paye sa salade niçoise, se lève à toute vitesse et cherche un taxi pour suivre celui de Juliette
 

Jacques

Membre
Victoire jette un billet de 20€ sur la table et s'enquiert de trouver rapidement un taxi en même temps qu'elle mémorise la plaque d'immatriculation de celui dans lequel Juliette s'est engouffrée.

Mais Nice n'est pas Paris et aucun taxi ne se présente et Victoire regarde penaude s'éloigner la Mercedes noire. Elle fixe la chevelure brune de Juliette en espérant qu'elle se retourne pour lui faire un signe mais rien, la voiture disparait au loin.
Elle se demande quelle mouche à piqué Juliette pour avoir un comportement pareil. Elles qui se connaissent depuis leur plus tendre enfance, elles ont fait les quatre cent coups ensemble, ont été témoins respectives de leur mariage, témoins respectives de leur divorce aussi... Elles sont comme les doigts de la main, inséparables !! Mais voilà que Juliette l'ignore comme une vulgaire passante alors que Victoire vient de faire 900km pour la retrouver.

Était elle droguée ?
Était elle sous l'emprise du fameux Alban au point de l'ignorer ?
Essayait elle de la protéger en faisant semblant de ne pas la connaitre ?

Toujours autant de question et toujours si peu de réponse...
Victoire décida alors de :
  1. se rasseoir à la table de la saladerie pour voir si Alban allait sortir lui aussi de l'immeuble
  2. téléphoner à l'inspecteur Gagette pour essayer de retrouver le taxi grâce à sa plaque d'immatriculation
  3. gueuler auprès de la vendeuse : 20€ la salade niçoise c'est une honte !
 

Macadam

Membre
Victoire retourne à la saladerie et plante un scandale !
"Non mais vous m'avez pris pour une américaine ?? Une salade avec trois oignons et deux tranches de tomate 20€ ?"
"Ne vous étonnez pas si vous avez si peu de clients !!"

En fait elle n'a que faire du prix de la salade, cette histoire la bouleverse et elle a besoin de décompresser, crier sur la pauvre serveuse qui n'y est pour rien lui fait du bien et tant pis si ce n'est pas très correct.

Après s'être calmée et évité le cendrier que la serveuse lui a balancé, Victoire marche lentement dans les rues de Nice qu'elle découvre pour la première fois... Elle déambule dans la vieille ville et au détour d'un vieil immeuble elle aperçoit la mer et les fameuses plages de galets de la promenade des Anglais.

Elle descend sur une plage, trouve tant bien que mal un coin confortable pour s'allonger et profite de l'air marin qui rafraichit son visage.
Quelques instants plus tard son téléphone sonne :
"Allo mademoiselle Victoire ?"
"Oui c'est bien moi"
"C'est l'inspecteur Gagette, comment allez-vous ?"
"Euh... ça va, que se passe t-il ?"
"Vous avez des nouvelles de votre amie Juliette ?"
Victoire hésite...
"Euh... pas vraiment non, elle ne m'a pas rappelé depuis hier"
"Parce que nous venons d'apprendre que son appartement a fait l'objet d'un cambriolage et d'un début d'incendie, madame Gentil la concierge aurait vu un homme aux cheveux brun, bouclé, vêtu d'un costume clair en lin, ça vous dit quelque chose ?"
"Alb... Alban ! J'ai retrouvé l'autre moitié de la photo dont je vous parlais et dessus il y a un homme qui correspond à votre description et qui s'appellerait Alban H. Il habiterait à Nice au 12 Rue Macé... C'est tout ce que je sais"
"Bon vous êtes où ? Passez à mon bureau dès que possible, on doit discuter de tout ça"
"D'accord je viendrais demain matin"

Victoire est mitigée, d'un côté le cambriolage et l'incendie l'inquiète encore un peu plus et d'un autre que l'inspecteur s'intéresse maintenant à la disparition de Juliette la rassure.
Finalement son séjour à Nice n'aura pas duré, elle reprend le train pour Paris afin d'honorer le rendez-vous avec l'inspecteur le lendemain.
Elle retourne à la gare et là, surprise :
  1. elle pense reconnaitre Alban accoudé au comptoir du bar de la gare
  2. elle voit en une d'un journal local la photo d'Alban avec comme titre: le fugitif cours toujours
 

Grand Pa

Membre
Victoire veut en avoir le cœur net, elle s'approche de l'homme au comptoir, s'assieds à ses côtés et commande un café serré.

Faisant mine de chercher quelque chose elle ne cesse de le regarder sous toutes les coutures, elle est de plus en plus certaine que c'est lui. L'Alban de la photo. Elle remarque que son costume beige est sale, comme s'il le portait depuis plusieurs jours, ses chaussures en cuir sont usés, une barbe de trois jours complète le tableau.

Il semble nerveux et consulte son téléphone à chaque instant, il semble attendre un appel ou un message.
A ses pieds une valise, posée contre le tabouret sur lequel il est assis, elle semble pleine à craquer. Serait-ce la valise de Juliette ?
Tout à coup l'homme s'adresse à Victoire :
"Bonjour mademoiselle, je vais aux toilettes, pouvez-vous jeter un œil à ma valise un instant ?"
"Oui oui pas de problème" répond Victoire."
"Merci"
L'homme se dirige vers les toilettes du bar.
Victoire n'a maintenant qu'une seule idée en tête, essayer d'ouvrir la valise pour voir si elle contient les affaires de Juliette... Prenant son courage à deux mains et bravant l'interdit elle s'agenouille au pied du tabouret feignant relacer ses talons. Elle dézippe légèrement la valise et plonge la main dedans, elle se saisit à l'aveuglette de quelques affaires et les ressort.
"Mais... mais... c'est à Juliette cette jupe, et ce chemisier aussi ! On les a acheté ensemble, je les reconnaitrai entre milles !"
À peine a t-elle le temps de les remettre dans la valise que l'homme l'interpelle :
"Et bien ne vous gênez pas mademoiselle ! Vous volez dans ma valise !"
"Euh... non non ! elle s'est renversé et je tentais de remettre les vêtements à l'intérieur..."
L'homme lui arrache la jupe et le chemisier des mains, les enfonce dans la valise puis déguerpi du bar.

Victoire avale son café d'une traite, le paie et suit l'homme sur les quais de la gare :
  1. l'homme prend un train pour Vintimille en Italie et Victoire le suit
  2. l'homme traverse les voies en courant puis disparait dans un tunnel
  3. l'homme revient sur ses pas et accoste Victoire
 

Mathias

Membre
Et bien quelle histoire ! Bravo Nathan pour ce petit jeu plein de rebondissements !
Et puis ça permet de se dégourdir un peu les neurones !!

Victoire qui a longtemps hésité se décide à prendre le même train qu'Alban, direction Vintimille !

Elle prend place dans le wagon précédent mais près de la porte du sas afin de pouvoir observer Alban. Il est toujours aussi nerveux et ne cesse de consulter son téléphone. Après quelques instants il semble recevoir un appel, il porte l'appareil à son oreille et entame une conversation.
Son visage s'illumine d'un large sourire puis il met fin à l'appel.

Victoire observe. Tout à coup à l'autre bout du wagon dans lequel Alban est assis le sas s'ouvre et apparait Juliette !
Elle est tout sourire elle aussi et se précipite dans les bras d'Alban !!
Victoire n'arrive pas à croire ce qu'elle voit ! Juliette et Alban semblent être des amants de longue date, ils s'embrassent longuement et se vautre littéralement sur la banquette en similicuir de ce wagon de seconde classe...

Victoire est figée, les yeux fixés sur les jambes des deux tourtereaux qui dépassent de la banquette.
Comment réagir ? Tout d'un coup il lui semble que Juliette est une parfaite inconnue, elle ne la reconnait pas, elle ne la reconnait plus.
Elle décide de :
  1. se rendre dans le wagon et demander des explications à Juliette
  2. descendre à la prochaine gare, tout ça la dépasse et elle n'a plus qu'une idée en tête : rentrer chez elle.
 
Las, Victoire descend à la gare suivante, juste à la frontière de l'Italie.
Après une longue soirée et une partie de la nuit dans des trains elle est enfin de retour à Paris.

Chez elle, Victoire se fait couler un bon bain et se prépare un thé vert et quelques gâteaux secs, objectif : se détendre !
Elle passe près d'une heure dans la baignoire, elle finit par somnoler mais l'eau du bain qui a fini par refroidir la réveille.
Malgré tout Victoire se sent mieux, elle passe un peignoir et se rend dans le salon regarder un peu la télé, elle zappe de chaine en chaine, rien ne l'intéresse vraiment, elle n'a pas la tête à réfléchir, les images défilent devant elle sans qu'elle les voient vraiment.

Il est déjà 4 heures du matin, Victoire s'écroule de fatigue et finit par passer la nuit sur le canapé...
  1. à son réveil elle se rend au commissariat voir l'inspecteur Gagette comme prévu
  2. elle se rend à son travail à la librairie, sur le chemin Juliette l'appelle au téléphone
 
Le lendemain, Victoire se rend à la librairie, elle se dit qu'un peu de normalité après toutes ces aventure ne peut pas lui faire de mal.
Elle prend son bus, celui de la ligne 12, s'assied derrière le chauffeur comme d'habitude et écoute un peu de musique avec son portable.

La musique se coupe et le téléphone sonne, la photo de Juliette apparait.
Victoire qui normalement répond à sa meilleure amie en moins de temps qu'il ne faut pour le dire hésite. Elle laisse sonner, réfléchit, hésite encore puis finit par décrocher :
"Allo Victoire ? C'est Juliette !!"
"Bonjour..."
"Oh Victoire, je sais que tu es fâchée contre moi, je t'en prie ne m'en veux pas... Allo Victoire ??"
"Je t'entends, tu es où ?"
"Je... Je suis à... Je suis à Milan avec un ami"
"Un ami ? Il avait l'air d'être plus qu'un ami dans le train pour l'Italie !!"
"Tu... Tu nous a vu dans le train ? Tu étais dans le train ??"
"Oui Juliette, depuis deux jours je suis terriblement inquiète ! Tu m'appelles pour ton chat, finalement tu n'es pas chez toi, la concierge t'as vu déguerpir avec une valise, un inspecteur de police me dit que ton appartement à été cambriolé puis incendié, je trouve une photo où tu enlaces un mystérieux jeune homme, je te croise à Nice tu ne me parles même pas, tu ne me fais même pas un signe et finalement je te retrouve dans un train avec le même jeune homme à pratiquement faire l'amour sur la banquette du wagon !!! Alors oui j'étais inquiète pour toi !"
"Je suis vraiment désolé Vic pour tout ça, même moi ça m'a dépassé, j'étais pas dans mon état normal, tu comprends ?"
"C'est qui cet Alban Juliette ??"
"C'est... C'est mon mari'
"Ton mari ??? Quel mari ? Tu ne t'es jamais marié Juliette, de quoi tu parles ?"
"Nous nous sommes mariés en prison, il était en prison lorsque nous nous somme mariés"
"Juliette, je ne comprends rien à ton histoire, est-ce que tu es devenue folle ?"
"Non pas du tout, je t'expliquerai bientôt, là je dois partir mais je voulais te rassurer. Je te rappellerai bientôt, je n'ai pas de numéro pour être joignable, c'est moi qui t'appellerai..."
"Tout ça est complétement fou Juliette, la seule chose que je te demande c'est de ne pas faire de bêtises, je ne te reconnais plus. Ne fais rien que tu puisses regretter, promets le moi Juliette !"
"Je te le promets, je t'embrasse"
Juliette raccroche.

Une nouvelle fois Victoire est dans le brouillard, plus elle en apprend sur cette histoire moins elle la comprend.
Le bus arrive à destination, Victoire descend et se dirige vers la librairie :
  1. elle reçoit un message de l'inspecteur qui lui demande de passer au commissariat rapidement
  2. elle arrive devant la librairie qui est fermée pour cause de décès
 

Jacques

Membre
Victoire arrive devant la librairie et aperçoit un attroupement devant la façade.
Elle s'approche et constate que la librairie est fermée, un écriteau sur la devanture : Fermé pour cause de décès

"Décès ?" S'interroge t-elle.
Elle prend son téléphone et appelle sa patronne, Ils ne sont que trois dans cette librairie : elle, madame Moran et Fabrice le jeune homme à tout faire. Elle tombe sur messagerie. Elle appelle Fabrice :
"Allo Fabrice c'est Victoire, que se passe t-il à la librairie, om est madame Moran ? Mais dis moi !! Que se passe t-il ??" lui lance t-elle affolée.
"Calmez vous mademoiselle Victoire je vais vous expliquer, madame Moran s'est fait renversé ce matin devant la librairie, j'étais là à l'attendre devant la porte quand j'ai vu une voiture faire une embardée et venir la percuter. Malheureusement elle a succombé à ses blessures sur la route de l'hôpital..."
"Ah... Ah bon ? Mais... Mais c'est horrible ! C'est fou ! Je n'arrive pas à y croire, pauvre madame Moran !"
"Oui c'est vraiment très triste, je suis au commissariat actuellement pour faire ma déposition. Je suis avec un certain inspecteur Gagette qui dit vous connaitre, il vous dire qu'il vous attend, il doit vous parler.
"Dites lui que j'arrive tout de suite"
"Entendu mademoiselle Victoire, je lui dis".

À son arrivée au commissariat Victoire se rend dans le bureau de l'inspecteur et croise Fabrice dans le couloir, il a la mine déconfite, il semble marqué par ce qui vient de se passer et on peut le comprendre. Il travaillait depuis quelques mois seulement à la librairie mais il avait développé une affection particulière pour madame Moran, qui était au demeurant très gentille avec lui.

L'inspecteur Gagette lui fais signe de rentrer dans son bureau.
"Bonjour mademoiselle, mademoiselle comment d'ailleurs ? Je ne connais que votre prénom"
"Je m'appelle Victoire Meunier, vous voulez ma pièce d'identité peut-être ?"
"Oui s'il vous plait mademoiselle Meunier, je vais en avoir besoin"
Victoire s'exécute et tend sa pièce d'identité à l'inspecteur.
"Inspecteur, avez-vous retrouvé le chauffard qui a renversé madame Moran ?"
"Nous avons une plaque d'immatriculation, c'est en cours. Mais ce n'est pas pour cela que je vous ai fait venir"
"Ah bon et pour quoi alors ? Mon amie Juliette ? Vous l'avez retrouvé ?
Victoire fait mine de ne rien savoir de plus que la dernière fois et se garde de lui raconter son aventure à Nice et en Italie.
"Connaissez vous cet homme mademoiselle Meunier ?"
L'inspecteur lui présente une photo d'Alban !
"Euh... Non je ne crois pas le connaitre, pourquoi ?"
"Parce qu'on vous a vu ensemble dans un bar de la gare de Nice hier après-midi !"
Victoire est désemparée devant l'affirmation de Gagette, elle ne peut pas nier avoir parlé avec cet homme.
"Mademoiselle Meunier Victoire, à partir de cet instant, 8h45, je vous place en garde à vue pour complicité d'évasion"
"Quoi ??? Complicité d'évasion ? Mais de quoi parlez-vous ??"
"Le jeune homme avec qui vous étiez hier à Nice est un dangereux criminel en cavale, nous vous plaçons en garde à vue pour comprendre comment vous l'avez connu et quel rôle vous avez joué dans son évasion"
"Mais... Mais..."
Un policier arrive dans le bureau, demande à Victoire de se lever et la dirige vers les cellules du commissariat.
  1. Victoire passe 24 heures en garde à vue et est libérée après avoir raconté en détail ce qu'il s'est passé ces deux derniers jours
  2. Victoire revient sur ses dires et nie tout en bloc, elle ne tient pas à impliquer Juliette, peut-être ne sont-ils pas au courant de tout
 

Nicolas

Administrateur
Membre du Staff
Victoire est finalement libérée, sa version des faits a semblé honnête à l'inspecteur qui a donc mis fin à sa garde à vue.

Exténuée, elle rentre chez elle. Elle n'a pas réussi à fermer l'œil de la nuit dans sa cellule minable du commissariat. Elle a ressassé tout ce qu'il s'était passé ces derniers jours et il faut bien dire qu'elle a du mal à y croire, était elle dans un cauchemar et finir par se réveiller ?
Devant chez elle Fabrice l'attend. Elle s'étonne. Comment diable sait il où j'habite ? C'est curieux.
"Bonjour mademoiselle Victoire, j'ai appris pour votre garde à vue, j'en suis désolé, comment vous sentez vous ?"
"Je vais bien merci Fabrice, mais comment êtes vous arrivé là ? Qui vous a dit où j'habitais ?"
"Oh je suis désolé, ne soyez pas effrayé c'est juste qu'une fois madame Moran m'a envoyée chez vous pour vérifier si vous étiez là, elle était inquiète d'un de vos retards..."
L'explication ne convainc pas vraiment Victoire.
"Et que faites vous donc ici à m'attendre de si bonne heure ?"
"Je voulais m'entretenir de quelques affaires avec vous si vous le voulez bien"
"Fabrice, je n'ai pas dormi de la nuit, je suis très fatiguée, je n'ai qu'une seule envie c'est de me coucher et dormir !"
"Ce ne sera pas long mademoiselle Victoire, je veux juste vous parlez de Juliette"
"De Juliette ? Vous la connaissez ?"
"Non je la connais de nom mais je connais très bien l'homme avec lequel elle est en fuite actuellement"
"Alban ? Vous connaissez Alban ? L'avez vous dit à la police lors de votre déposition ?"
"Non pas du tout, ma déposition ne concernait pas cette affaire mais le décès de madame Moran"
"Bon rentrez quelques minutes..."
Victoire fait rentrer Fabrice dans l'immeuble. Devant la porte de l'appartement Fabrice :
  1. assène un coup de poing à Victoire, celle-ci perd connaissance
  2. rentre dans l'appartement, referme la porte derrière lui et enlace de force Victoire
 
Haut