politique Les propos de Macron : un évènement politique majeur

  • Initiateur de la discussion Le Journal Abrasif
  • Date de début
Le Journal Abrasif

Le Journal Abrasif

Membre
regionalis.fr - Les propos de Macron : un évènement politique majeur

Les propos de Macron

Une déclaration de guerre​


Revenons aux faits, le Président Macron déclare, dans un entretien au Parisien, être décidé à « emmerder » les non-vaccinés « jusqu’au bout » en « limitant pour eux, autant que possible, l’accès aux activités de la vie sociale ».

Il ne s’agit ni d’un dérapage, ni d’une vulgarité, mais de la désignation de l’ennemi, et de l’ouverture du « quoi qu’il en coûte de la vie des autres » ;

Des propos cadrés par la politique politicienne…​


Je ne sais pas ce qui est pire, la haine diffusée par le président ou la réaction des politiciens. »uN président » ne parle pas ainsi », il grille l’extrême droite sur le terrain du radical », « il coince le LR dans ses contradictions », « il n’est plus digne d’être président … »

Je me moque de ces réactions qui restent dans le même moule, celui du pouvoir, du jeu politique, de la représentation démocratique.

Non, ce qui se passe est bien pire !

C’est clairement la reconnaissance que la démocratie est morte. Macron explique qu’une stratégie « démocratique » peut être mesquine, qu’elle est légitime dans l’abus de pouvoir, légitime dans le déni du droit et de l’expression d’une partie de la population.

Imaginons les mêmes propos pour les cathos suite aux affaires de pédocriminels…

Imaginons les mêmes propos pour les musulmans suite à l’affaire Samuel Paty.

Imaginons les mêmes propos pour les grévistes SNCF, ou éboueurs…

C’est clairement un discours de haine, une banalisation de la violence. Il est du même niveau que les maris violents qui crient « je vais te pourrir ta vie », ou encore identique aux employeurs dégueulasses qui créent le burn-out des salariés rebelles.

On le sait, il était parti à la guerre contre le virus, maintenant, il décide d’assassiner socialement toute une partie de la population.

Le débat

Continuer la lecture sur le site d'origine...
 
Haut