Société "Grève du sexe" après la décision sur l'avortement aux États-Unis

  • Initiateur de la discussion Haru
  • Date de début
Haru

Haru

Nouveau membre
Alors que les manifestations se poursuivaient aux États-Unis au cours du week-end, de nombreuses voix en faveur des droits à l'avortement ont appelé à une "grève du sexe" pour protester contre la décision de la Cour suprême des États-Unis.

regionalis.fr - "Grève du sexe" après la décision sur l'avortement aux États-Unis
Les répondants ont exhorté les femmes à ne pas avoir de relations sexuelles, y compris avec leur mari, pour éviter une grossesse non désirée.

"Si nous ne pouvons pas avoir le choix après avoir fait l'amour, pourquoi devrions-nous le faire ?", a déclaré Caroline Healey, 22 ans, alors qu'elle se joignait à une manifestation à Manhattan. "Si vous ne descendez pas dans la rue pour défendre mes droits, vous ne méritez pas de coucher avec moi", a déclaré une autre femme.

Pendant ce temps, Maya Demri, une ancienne victime de viol, a déclaré qu'il était "impossible d'imaginer ce que ce serait pour les sœurs des États rouges (qui interdisent l'avortement) si elles tombaient enceintes à la suite d'un viol".

Selon le New York Post, le mouvement appelant à une "grève du sexe" se propage également en ligne et est devenu une tendance sur Twitter avec près de 27 000 tweets le 25 juin.

"Femmes américaines, promesse. Depuis que la Cour suprême a annulé Roe et Wade, nous ne pouvons pas prendre le risque d'une grossesse non désirée. Nous n'aurons donc de relations sexuelles avec personne. N'importe quel homme, pas même un mari, à moins que vous n'essayiez de avoir des enfants", a écrit une personne sur Twitter.
Au cours du week-end, des milliers de personnes se sont rassemblées devant la Cour suprême des États-Unis à Washington, D.C. avec des banderoles critiquant la décision rendue la veille comme une "guerre contre les femmes". Des manifestations ont également eu lieu dans un certain nombre d'autres endroits comme la ville de Los Angeles.

Le 24 juin, la Cour suprême des États-Unis a statué que le droit à l'avortement - qui est protégé depuis 1973 dans l'affaire Roe et Casey - n'est pas un droit constitutionnel. La décision a ouvert la voie aux États pour qu'ils décident d'interdire l'avortement.

"La Constitution n'accorde pas le droit à l'avortement, la décision dans Roe et Casey sera annulée. La compétence en matière d'avortement est rendue au peuple et aux représentants pour lesquels il a voté" - dit la décision.

La décision est profondément source de discorde aux États-Unis, le président Joe Biden la qualifiant de "terrible décision". Peu de temps après, au moins huit États des États-Unis ont promulgué une interdiction de l'avortement, et d'autres sont attendus dans les semaines à venir.
 
alouette

alouette

Membre
Je peux comprendre la réaction de ces femmes mais en temps normal pour ne pas tomber enceinte la contraception reste le meilleur moyen. La pilule chez les femmes ou le préservatif chez les hommes. Je ne sais pas si la pression est mise sur les bonnes personnes en faisant la grève du sexe.

Le combat doit être autre à mon avis.
 
Grand Pa

Grand Pa

Membre
Si tu refuses de faire l'amour à ton mari qu'est-ce que tu veux qu'il fasse par rapport à la situation ?
J'ai lu dans l'autre discussion qu'il y avait bientôt les élection pour les membres du congrès et c'est ce moment qui serait crucial pour l'avenir du droit à l'avortement. Seule une loi fédérale peut régler le problème, ça évitera le cas par cas pour les différents états.
 
Haut