crise Gérald Darmanin détaille "la réponse ferme" de l'Etat face aux violences en Guadeloupe

  • Initiateur de la discussion France Info
  • Date de début
France Info

France Info

Nouveau membre
Cinquante agents du GIGN et du Raid vont être déployés en Guadeloupe, a annoncé le ministre de l'Intérieur, samedi, pour faire face aux violences qui sévissent dans l’île depuis 48h. 31 personnes ont été interpellées, cinq ont été déférées.

Continuer la lecture sur le site d'origine...
 
E

Enricoo

Membre
Le RAID et le GIGN ?

Darmanin frappe fort, les violences sont extrêmes et certains agents des forces de l'ordre ont essuyés des tirs de mortiers et d'armes à feu.
Mais réellement qui sont les auteurs de ces violences ? On ne tire pas sur les forces de l'ordre si on est contre un vaccin.

regionalis.fr - Gérald Darmanin détaille "la réponse ferme" de l'Etat face aux violences en Guadeloupe regionalis.fr - Gérald Darmanin détaille "la réponse ferme" de l'Etat face aux violences en Guadeloupe

 
Nathan

Nathan

Membre
Le RAID et le GIGN ?
Arme de dissuasion.

L'interview de la jeune femme en voiture à la fin du reportage en dit long sur la nature des événements en Guadeloupe ces derniers jours, ça ne représente pas forcément les guadeloupéens dans leur ensemble qui peuvent être contre le pass sanitaire sans pour autant avoir envie de casser leur environnement de travail, de loisir, d'habitation.

Rien de neuf, des cons, des casseurs y'en a partout, en métropole ou en outre-mer.
 
Thomas

Thomas

Membre
Le pass sanitaire est un prétexte pour exprimer leur colère. Je ne cautionne pas mais probablement qu'il y a quelque chose qui ne passe pas chez ces jeunes, je ne vis pas en Guadeloupe mais s'ils étaient heureux ils ne seraient pas dans les rues à tout casser.

Il n'y a pas de fumée sans feu comme on dit.
On ne nait pas violent, on le devient, à force de frustration, de discrimination, d'échec, d'incompréhension...
 
Valentin

Valentin

Membre
Le préfet de Guadeloupe n'a jamais été ouvert à la discussion avec les leaders de la contestation, il fait la sourde oreille depuis le début il ne faut pas s'étonner que certains changent de mode de communication.

Il faut malheureusement reconnaitre qu'avec la gouvernance locale il faut arriver à des extrêmes pour se faire entendre.
Il faut noter aussi que les "casseurs" ne représentent pas la communauté guadeloupéenne dans son ensemble et que tout le monde ne cautionne pas ce type d'agissement.

Empêcher les pharmacies d'ouvrir ou les soignants d'aller travailler ce n'est pas une solution et cela pourrait avoir des conséquences assez graves.
Malgré tout je soutiens la contestation, on ne peut pas imposer sans discuter, au moins...
 
Mathias

Mathias

Membre
Si tu donnes à l'un faut donner à l'autre.
Quid de la Martinique, La Réunion, Saint Martin ?
 
Haut