• Bienvenue sur Regionalis, votre espace de discussion libre, sans publicité, sans traqueur statistique, marketing ou publicitaire. Inscrivez vous en moins de 30 secondes et lancez des discussions sur tous sujets : politique, société, environnement, science, technologie, art ou culture...

lectures Belles lettres, vos coups de cœur

El cabrito

Membre
J'ai lu un petit texte cet après-midi, ce genre de texte qui vous donne envie de le partager avec le plus grand nombre. Sans savoir pourquoi d'ailleurs, certains le connaissent déjà certainement et d'autres ne seront pas touchés de la même façon mais je ne sais pas j'ai envie de vous l'écrire.

C'est de Romain Gary, issu de La promesse de l'aube (1960)

"Je n'ai jamais imaginé qu'on pût être à ce point hanté par une voix, par un cou, par des épaules, par des mains. Ce que je veux dire, c'est qu'elle avait des yeux où il faisait si bon vivre que je n'ai jamais su où aller depuis."
 

Fabrice

Membre
Nous ne sommes pas égaux devant les femmes. Si j'avais pu proclamer ce genre de phrases à certaines de mes copines j'aurais pu joueur plus longtemps à la PS4 !

Et pourtant Romain Gary, en tout cas dans ce petit bout de texte, n'utilise que des mots simples, de la vie de tous les jours, que tout le monde a déjà prononcé des milliers et des milliers de fois. Mais peu d'entre nous ne savent les utiliser dans cet ordre...
 

Philibert

Membre
Louis Aragon : « Quand je lève les yeux vers vous on dirait que le monde tremble. »

Mais peu d'entre nous ne savent les utiliser dans cet ordre...
Parfois par un heureux hasard nous y parvenons.
N'avez-vous jamais été surpris, un jour, par une de vos phrases ? On s'étonne soi-même et on se demande : "C'est moi qui ai dit ça ?"
 

Thomas

Membre
Ça ne m'arrive pas assez souvent à mon goût mais oui ça m'arrive.
Je suppose que si je lisais plus j'aurais plus de chance de m'étonner moi-même. :)

Une petite amie de l'époque, qui était quelqu'un pour qui les "lettres" représentaient beaucoup, m'avait dit que le plus beau compliment qu'on lui avait jamais fait venait de son père qui un jour lui déclara : Il y a plus voluptueux qu'un vers de Racine, le plaisir de te prendre dans mes bras. Il était prof de lettres, ceci expliquant un peu cela.

Mais comme j'aimais follement cette fille je m'étais mis en tête de déclasser ce compliment et de faire passer le mien en première position ! Et je ne me souviens plus du tout de ce que j'avais concocté mais lorsque je lui ai déclaré... Elle a ri ! Elle s'est gentiment moquée puis a salué mon effort artistique en m'embrassant. Bon c'était une façon aimable de me dire : l'important c'est d'avoir essayé ! :rolleyes: :mad:
 

Luciole

Membre
Il y a plus voluptueux qu'un vers de Racine, le plaisir de te prendre dans mes bras.
L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en son âme.
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.

Jean Racine. Andromaque

Le plaisir de la prendre dans ses bras devait être immense pour trouver la chose plus voluptueuse qu'un vers de Racine.
 

El cabrito

Membre
Je crois le contraire, nous sommes tous des poètes.
Mais nous sommes plus ou moins doué pour l'exercice.

Un jeune homme maladroit qui offrirait des chrysanthèmes à la fille qu'il convoite n'est-il pas un poète... maladroit ?
D'ailleurs la maladresse en amour n'est-elle pas une forme de poésie ? Bien sûr que si !
 
Haut