justice Attentats du 13-Novembre : le long et difficile travail de résilience des victimes étrangères

France 24

Membre
Actualité RSS
Parmi les 130 morts des attentats du 13-Novembre, figurent plus de 30 nationalités différentes. La distance et la barrière de la langue rendent chaque étape un peu plus complexe pour les victimes de l’étranger. Mais vendredi, des survivants britanniques et irlandais du Bataclan braveront les obstacles et seront présents à la barre pour ajouter leurs témoignages aux nombreux récits français.

Continuer la lecture sur le site d'origine...
 

Macadam

Membre
30 nationalités !
Je n'avais pas pensé aux nationalités des victimes, ça rajoute au malheur général. Pauvres touristes, résidents, quel souvenir de la France pour les parents, les amis ?

Cet journée meurtrière n'en finit pas de saigner.
 

Nicolas

Administrateur
Membre du Staff
Les images du Bataclan quand les gens fuient par la porte de secours je ne peux pas les oublier.
Je n'y étais pas, j'étais même pas en France, je n'ai perdu personne là-bas, je ne connais personne qui a perdu quelqu'un ce jour là mais rien que de penser à ce jour là j'en ai les larmes aux yeux.

C'est la pire chose qui soit arrivé à la France depuis 60 ou 70 ans, en tout cas depuis que je suis né plutôt... Dans les années 70.
 

Enricoo

Membre
C'est la pire chose qui soit arrivé à la France depuis 60 ou 70 ans, en tout cas depuis que je suis né plutôt... Dans les années 70.
On a malheureusement eu a déploré d'autres terribles attentats avant ce 13 novembre 2015, et il y a eu Nice aussi.
On va pas faire le concours de l'attentat le plus meurtrier mais Nice a été un terrible choc pour la France entière.
 

Zabeth

Membre
Le ressenti de chacun est différent, selon les images que l'on a vu ou pas, selon si l'on est de Paris ou de Nice je suppose que cela change un peu notre perception des choses.

Mais comme le dit @Enricoo ce n'est la question d'une compétition, mais de ressenti.
Si vous avez jamais mis les pieds à Nice et que vous étiez un habitué des concerts au Bataclan on peut très bien imaginer une différence de ressenti même si évidemment on est bouleversé, au moins, par les deux faits.

La nationalité des victimes importent peu à mon avis, la souffrance des familles est la même.
Je peux aussi comprendre le désamour que peuvent développer les familles à l'égard de la France, c'est quelque chose que je peux imaginer.
 
Haut